Équitation d’ensemble

Former les professionnels dans leur pratique et leur transmission, leur apporter confiance et autonomie est ma priorité pour une équitation de respect, de sécurité, de qualité. Ce qui est compris, ressenti peut alors être transmis avec clarté. Après avoir créer en 2005 et gérer durant 15 ans les écuries Yanenga en Vaucluse, j’ai vendu en janvier 2019  pour m’investir pleinement à cette noble transmission.

L’équitation d’ensemble  est un assemblage heureux, je n’ai rien inventé, j’ai observé, étudié, pratiqué cherchant à faciliter la compréhension des chevaux et des cavaliers. L’étude porte sur la combinaison de L’équitation éthologique, l’équitation centrée et l’école des aides. L’équitation est un art, la technique est précieuse mais ne doit jamais se séparer de bienveillance , d’attention, si indispensable aux chevaux et aux humains…

Équitation éthologique

La lettre A de l’équitation

Avant tout… la connaissance du cheval : Passerelle vers une relation plus juste …

L’équitation éthologique propose avant tout d’observer le cheval pour mieux le comprendre et communiquer avec lui… Nous ne pouvons espérer nous faire comprendre de lui tant que nous croyons qu’il pense comme nous. Cette erreur génère des conflits menant parfois à l’impasse totale.  Un cheval ne nait pas rétif ou agressif, il le devient, parfois sans raison apparente mais l’origine du problème est trop souvent un manque de connaissance du cheval et/ou le non-respect de ses besoins fondamentaux.

Nous ne sommes pas venus vers les chevaux pour les dominer, mais pour vivre avec eux un échange partagé. Le cavalier apprend encore trop souvent à exiger du cheval au lieu de demander. Il est important de prendre conscience que l’équitation éthologique, celle qui éduque, est primordiale pour apporter d’indispensables  fondations.

Trente ans de vie avec les chevaux m’ont apporté l’écoute, le sens de l’observation, l’expérience et une grandissante admiration pour eux. Ma curiosité m’a guidé vers l’étude du processus d’Andy Booth que j’ai trouvé si généreux  tant dans son enseignement, que dans son engagement, toujours pres à se remettre en question, à innover. J’ai suivi son cursus BFEE1 et 2 en 2013 et 2014. Celui ci à transformer ma façon d’être, de transmettre. L’étude que je propose est l’alliance de ce processus qui allège tout le programme de l’école des aides et facilite la compréhension du cheval. L’accord des aides et le travail en filet deviennent logique pour le cheval. J’aime toute forme d’étude qui sert l’éducation. L’équitation éthologique est bien transmise au cheval quand il est possible de lire dans son regard l’expression de la compréhension et de son envie de faire…  y percevoir la résignation et la tristesse est un non sens.

Avant de profiter mais également de transmettre, il est important de se former..

Avant la liberté,  les exercices en licol sont réalisés comme si la longe n’était plus là…

Pour intéresser le cheval un zest d’imagination, des exercices variés…

Belle démonstration de Jade avec sa jument Maguy lors d’une démonstration en 2017 à Yanenga

Valérie lors d’une désensibilisation au bruit. Les maracas ne semblent pas perturber Linotte !

Valsa lors d’une séance de désensibilisation au drapeau…en boule pour commencer

L’équitation éthologique présentée ici avec Perlita lors d’une démonstration en 2017 à Yanenga

Après l’effort le réconfort…Le bonheur est dans le pré !

Quand le moment est venu… Perlita, ma grande généreuse, m’enchante de ses talents…

Conscience corporelle

Découvrir ses tensions, parvenir à s’en défaire. S’équilibrer au sol … à cheval. La conscience corporelle permet un équilibre global avec des solutions rapides et faciles à utiliser. Cette étude nous apprend à revenir à soi, les pieds sur terre ! avant de parfaire son équilibre à cheval.

Les nombreux bénéfices : Apprendre à diriger ses pensées, gagner en fluidité, en indépendance, venir à bout des crispations, des gestes parasites qui ralentissent notre progression. Un temps de recherche à la découverte de soi, avec un peu d’entraînement, on n’a rien sans rien… Les résultats sont impressionnants… L’étude de Sally Swift, « l’équitation centrée » est une mine d’or à partager… A lire et à relire… J’ai suivi la formation de Véronique Bartin, son enseignement de la « méthode Alexander »sont d’une richesse incroyable, elle a aussi réalisé deux ouvrages très complets sur le sujet.

Valsa une perle de sensibilité et de douceur, moment de grâce

La recherche d’équilibre conduit tout droit à la grâce…

Développer son tact ensemble…

Chercher une posture agréable pour le cavalier et pour le cheval

Apprendre le contact au sol avant de l’essayer sur le cheval est une bonne idée.

Sentir la notion de céder, mollir, résister. Comprendre ce que génère la traction…

École des aides

L’école des aides permet de s’assurer que notre élève cheval comprend nos demandes en filet. Un enseignement précis et bienveillant. Une leçon apporte la logique de la leçon suivante… Idéal pour débuter un cheval, redonner confiance aux chevaux perdus dans la confusion,  blasés et même blessés par l’incompréhension…. (Mors sévères ou mal ajustés, actions douloureuses, répétitives, incohérentes souvent données de manière incessante… un cauchemar. Vive l’équitation de respect et de bon sens. Le cheval est un ami, il est de notre devoir de l’encourager, le guider vers les bonnes réponses, de faire en sorte que l’étude soit agréable pour lui et qu’il y participe volontiers.

A 20 ans, jeune et seule pour le travail de mes chevaux, j’ai lu les premiers ouvrages de Nuno Oliveira, je trouvais ses mots justes, vrais, simples. Plus tard, j’ai étudié François Baucher, que j’ai pratiqué avec la formation de « l’école de Légèreté » de 2010 à 2016, pour moi la technique est précieuse, mais doit rester au service de la sensibilité des chevaux et des cavaliers… Ma priorité, faciliter, rendre accessible l’apprentissage, pour cela j’utilise la complémentarité des thèmes étudiés dans l’équitation d’ensemble. L’école des aides a besoin de la conscience corporelle et de l’équitation éthologique, l’une apporte à l’autre et inversement, il est question d’un savant mélange bénéfique…

Enseigner  à son cheval au sol,  l’extension d’encolure et la flexion de manière isolée avant de les combiner, permet de simplifier l’apprentissage et faciliter la compréhension du cheval. Tout ce qui peut être appris au sol apporte un bénéfice au travail monté.

On ne transmet bien que ce que l’on a compris et que l’on peut démontrer

Plus tard le relèvement d’encolure et la mise en main s’enseignent, quand le cheval est prêt pour cela…Ici Jade et Maguy

Une fois que la demande d’extension est comprise au sol, le cheval y répond plus facilement une fois monté

Retour